Trop bien pour IETrop bien pour IE
Présent grâce à GuppY & Nuxit 
Façade de la mairie de Collégien (77090)
Météo du jour à Collégien
Cléopatre : personnage tiré de la bande dessinée “Astérix et Cléopâtre” de Uderzo et Goscinny.Tumehéris : personnage tiré de la bande dessinée “Astérix et Cléopâtre” de Uderzo et Goscinny.Amonbofis : personnage tiré de la bande dessinée “Astérix et Cléopâtre” de Uderzo et Goscinny.Misenplis : personnage tiré de la bande dessinée “Astérix et Cléopâtre” de Uderzo et Goscinny.Icône “Zoom plus” suggérant l'affichage en plein écran
Icône “Zoom moins” suggérant le retour à l'affichage standard
Toutou, dis-moi comment rédiger ma requête.      

Il est ¤ 366 jours, le petit +
trans
trans

 

Palais
Palais

 

Liens
Liens

 

FAQ
FAQ

 

Égyptothèque
Égyptothèque

 

lexique.gif
Dictionnaire
   progrtv.gif
TV-Musique
  secours.gif
Secours
   dossiers.gif
Dossiers
   services.gif
Services
  
  aide.gif
Aide
   navExit.gif
Quitter

Spécial

02 décembre 2014
» Mise à jour du site
. Les dernières publications

Sans oublier…

» L'actualité quotidienne
. Avec les meilleurs sites

» Coup de cœur du mois
. Institut Khéops

Force, Croissance, Santé !
Bonne lecture…
Accès rapides ¤-

trans

Pour le présent

 Fiche pays
 Infos pratiques
 Adresses utiles
 Vivre en Égypte
 Votre mémoire
 Votre destination

trans

Pour l’éternité

 L’Égypte ancienne
 Un peu de géographie
 Un peu d’histoire
 Pharaons et Reines
 Un peu de mythologie
 Art et Architecture
 La littérature
 L’Égypte au quotidien
 Références
 Annexes
 WebO/Archéologie
 Archives sonores
 Égyptologie

trans

Pour le rêve

 Merveilleuse Égypte
 Les îles fortunées

trans

Pour les Amis

 Égypte Associations

trans

Scribe / Site

Scribe de garde : Georges
puce Votre Scribe puce Enveloppe puce Info puce Plan du site puce Œilpuce Stats puce Admin

------------------------------
Promotion | Mentions légales
------------------------------
Ambassadeurs

 diplomates
 diplomates en ligne

------------------------------
L'annuaire des sites sur l'histoire
trans

Fils Informations

 News histoire
 Autour de GuppY
 L’actu en direct

trans

Pour le fun

 Généralités Égypte
 Vos connaissances
 Divers

trans trans
Image-titre Index Documentaire : Grands Personnages
alt : pages/menuDico.html

Grands personnages

 
Hiéroglyphe Q3 : Natte ou Tabouret
Q3
Unilitère - Siège ou natte
Translittération : p
Prononciation : p

Bouton AideNom masculin invariable. Seizième lettre de notre alphabet ¤ Douzième consonne.
→ La lettre P note l'occlusive bilabiale sourde.
→ Suivie de « h », elle note un [f] (éléphant). Elle est parfois muette à la (coup) et à l'intérieur des mots (compte et ses composés, par exemple). Elle se fait entendre en liaison et là la finale des adverbes « trop » et « beaucoup » : trop humble, beaucoup aimé.
Clic, pour en savoir plus sur cette lettre.
 
P comme...

 
Seizième lettre de notre alphabet ¤ Douzième Consonne

Prisse d’Avennes ou d'Avesnes (Émile)

Artiste et voyageur


Les noms de Champollion ou de Mariette sont liés pour toujours à l’Égypte ancienne. Pourtant d’autres grands voyageurs du 19e siècle ont œuvré de manière conséquente à cette science naissante sans laisser une marque aussi grande dans les mémoires. C’est grâce à eux que nous pouvons encore contempler les traces de nombreux éléments disparus aujourd’hui. Telle a été la destinée d’Achille Constant Théodore Émile Prisse d’Avennes ou Avesnes, selon certaines sources.

Né Prisse Achille Constant Théodose Émile à Avesnes-sur-Helpe le 27 janvier 1807, décédé à Paris le 16 février 1879. Il fut grand voyageur, ingénieur, archéologue, égyptologue, libraire, journaliste et publiciste.

Il est le descendant d’une vieille famille anglaise (galloise) émigrée en France vers 1667, les Price of Aven and Carnavon, à Avesnes-sur-Helpe, sous préfecture du Nord. Son père était inspecteur des bois de Monseigneur Talleyrand-Périgord, son grand-père paternel, procureur domanial du duc d’Orléans, avocat au Parlement de Flandre, son grand-père maternel, président du tribunal civil et maire d’Avesnes. Emile est très attaché à ses racines. Peut-être à cause de la mort prématurée de son père à 34 ans (1814). En 1815, après le décès de son grand-père maternel, son grand-père Prisse le place au collège pour le préparer au barreau, ce qui ne lui plaît guère. C’est alors qu’un ami le dirige vers l’École royale d’Arts et Métiers où il fait son entrée en mai 1822. Son grand-père paternel décède à son tour en mars 1826, et c’est donc comme « un pauvre orphelin » qu’il doit démarrer dans la vie alors qu’il n’a que dix-neuf ans.

Portrat et buste de Prisse d’Avennes


Il s’illustra dès 1826 par son projet de la Grande-Fontaine de la Bastille dite « fontaine de l’Éléphant ». Ce projet lui attira maints éloges mais il n’y fut pas donné suite.

Refusant de se plier à des emplois subalternes, il résolut de s’abandonner à ses goûts artistiques et à ses penchants d’explorateur. Ainsi, en 1826 il prit part à la guerre d’indépendance de la Grèce contre l’occupant turc, puis s’en fut aux Indes en qualité de secrétaire du gouverneur général. S’étant démis de ses fonctions, il passa en Palestine. Il fut nommé chevalier du Saint-Sépulcre pour avoir sauvé le temple de Jérusalem…

De 1827 à 1844, il parcourut et explora l’Égypte et la Nubie, se consacrant non seulement à des recherches et à des découvertes de la plus haute importance mais à une propagande des plus actives et des plus efficaces pour l’influence française, montrant une énergie extraordinaire dans des circonstances difficiles et souvent périlleuses. Le vice-roi d’Égypte Mohamed-Ali dont il avait su gagner l’estime lui confia les fonctions d’ingénieur civil et d’hydrographe, puis de professeur de topographie à l’École de la marine. Il fut aussi professeur de fortifications à l’École d’infanterie de Damiette et gouverneur des jeunes Princes, enfants d’Ibrahim-Pacha.


Une planche de Prisse d’Avennes : Monuments égyptiens, Vases et jeux
Monuments égyptiens, Vases et jeuxImprimé, pl. XLIX, Résac. gr.-fol.-O3a-466, RC-A-52564
Une planche de Prisse d’Avennes : Monuments égyptiens, Parures et meubles
Monuments égyptiens, Parures et meublesImprimé, pl. XLIX, Résac. gr.-fol.-O3a-466, RC-A-52562

© BNF, département des Estampes et de la Photographie, Paris


En 1836, il renonça à ces situations officielles pour s’adonner entièrement à l’égyptologie et en particulier à l’étude des hiéroglyphes, science dans laquelle il devait surpasser l’illustre Champollion.

À travers la Turquie, la Perse, la Palestine, l’Arabie, la Haute et Basse-Égypte, la Nubie, l’Éthiopie, l’Abyssinie, la Syrie, pendant dix-sept années de fatigues incessantes, de misères, de privations, de luttes et de dangers, Prisse d’Avennes recueillit une abondante et merveilleuse moisson d’inestimables trésors dont il enrichira notre patrimoine national.

Le 15 mai 1844, après dix-sept ans d'absence, Prisse d’Avennes revint en France. En 1845, il fut fait chevalier de la Légion d’honneur. Chargé de nombreuses missions scientifiques, commerciales et artistiques en Égypte et dans les régions avoisinantes, il en rapporta d’innombrables documents, dessins, aquarelles, phtographies, plans, croquis extrêmements précieux. En outre, il publia une quantité considérable de mémoires, de notices dont une Encyclopédie égyptienne.

Chargé d’une nouvelle mission scientifique par Napoléon III, il repart en Égypte de 1858 à 1860 accompagné d’un jeune photographe A. Jarrot. Il revient en France en juin 1860 avec un véritable reportage, trois cents nouveaux dessins, huit mètres de calques et de nombreuses photos.

À son retour, il devient président, membre actif ou correspondant pour nombre d’instituts ou associations scientifiques. Son séjour parisien lui permet de conforter ses nombreuses relations, tels Théophile Gautier et Maxime du Camp, de participer à de nombreuses publications, comme la Revue de Paris, et de fonder deux revues : Le Miroir de l’Orient et la Revue orientale et algérienne. Avec tous les documents et dessins qu’il a rapportés, il prépare la publication de trois oeuvres maîtresses : Les monuments égyptiens (1847), Histoire de l’art égyptien (1858-1879), et L’Art arabe d’après les monuments du Kaire (1877).

De caractère loyal et franc, mais fier et indépendant, son refus de composer lui a valu de solides inimitiés, et même des calomnies. C’est presque isolé de tous et dans la gêne qu’il décédera, à l’âge de 72 ans, le 16 février 1879 à Paris, à peine un an après avoir achevé son œuvre, présentée à l’exposition universeele de 1878. Ses obsèques seront célébrées aux frais du ministère de l’Instruction publique, les honneurs militaires lui étant rendus au cimetière d’Ivry. Sa sépulture sera transférée au cimetière Montparnasse en 1889. Éminent archéologue, égyptologue et publiciste, de renommée mondiale, il devra attendre le 29 juin 1897 pour que, par décret du président Félix Faure, un hommage public « au hardi explorateur et savant égyptologue » soit rendu à sa mémoire en donnant son nom à une rue de Paris dans le 14e arrondissement.


Musée du Louvre, détail de la chambre des ancêtres de Toutmès III
Détail de la chambre des ancêtres de Toutmès III
Musée du Louvre, Paris


Au Louvre, dans les salles consacrées à l’Égypte pharaonique, on remarque à côté de la grande salle consacrée aux temples, une salle plus petite, qui contient, dûment reconstituée, la « chambre des rois » ou « salle des ancêtres » de Thoutmosis (Thoutmès) III - l’Akhmenou de Karnak. C’est une chapelle montrant la chronologie de 61 pharaons prédécesseurs de Thoutmosis III ayant œuvré à la construction du temple. En plus de la « chambre des ancêtres » qu’il a rapportée, il y a aussi la fameuse « Stèle de Bakhtan » dont Champollion avait souligné l’importance. Surtout, il y a le fameux Papyrus, le plus ancien manuscrit connu, 4 600 ans d’âge, mis à jour à Thèbes. Donné à la Bibliothèque nationale, il y est conservé sous le nom de Papyrus Prisse.
Symbole de document Voir aussi : Papyrus Prisse

saviez-vous.gif
Edris Effendi

Lorsqu’il se trouvait en Égypte, Prisse d’Avennes se faisait appeler Edris Effendi.

Il a été le seul dessinateur à répertorier à la fois l’Égypte ancienne et la moderne de manière aussi importante. Les « puristes » trouvaient ses dessins et peintures trops beaux, trop neufs ou idéalisés. Il est vrai que ses illustrations (voir ci-dessus) dégagent harmonie et douceur, l’auteur ayant certainement ajouté sa touche artistique personnelle.

Théophile Gautier, dans Le roman de la momie, s’inspira des dessins et des notes de Prisse d’Avennes

puceAnkh.gifSources bibliographiques
- Biographie de Prisse d’Avennes rédigée par C.N. Peltrisot membre de la société archéologique et historique de
  l’arrondissement d’Avennes, publié en 1934
- Extrait de l’article de André Monclus (Pa 40) & Jean Vuillemin (Pa 40) paru dans Arts et Métiers Magazine - Nov. 2002
- Extrait de l’article de Claude Laversanne paru dans Toutankhamon Magazine n°29 - Oct/Nov 2006

Date de création : 21-11-2006 - 19:40  -¤-  A été modifié le : 24-10-2014 - 16:16

Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page
Haut
Ce site a fait l’objet d’un dépôt auprès de la CNIL le 7 octobre 2005 et a été enregistré sous le numéro d’agrément “1126373”.
Les renseignements communiqués sur ce site sont soumis à la loi française du 6 janvier 1978 (article 34) Informatique et Liberté. Vous disposez en particulier d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant auprès du Une petite enveloppe webmaster responsable.
Seul “Immortelle Égypte” est destinataire des informations que vous lui communiquez.
Toutes les marques et logos cités sur ce site appartiennent à leur propriétaires respectifs. Les commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs.


Site motorisé par GuppY v3.0p4 © ¤ GNU Public License ¤ Nuxit.com et son environt php - Design par immortellegypte © Tous droits réservés

icône top
icône retour
icône top
icône carte du site
icône suivante
icône bottom